La source d'Anne-Marie Garat, pure poésie... ou drame ?

Publié le par am phot'saone

"Aux nouvelles du monde elle prêtait bien une oreille de temps en temps mais c'était toujours la même chose, l'engeance n'a de cesse de s'étriper et les gouvernements de se culbuter"...

La source d'Anne-Marie Garat - 2015

Je viens d'investir dans un livre paru tout récemment, qui figure, pour info, dans le livret de la Rentrée Littéraire des Centres Leclerc... Malheureusement, ne me souvenant plus du titre, j'ai du aller dans ce magasin pour le trouver et manquant cruellement de temps, je l'ai acheté sur place... que mes amis libraires ne m'en veulent pas (et si vous me lisez, vous qui aurez le titre, le nom de l'auteur et tout ce qu'il faut... allez chez un libraire: merci pour eux !)

je parle je parle...

je n'en suis qu'à la cinquantième page... je suis dans la poésie... Je ne sais où va m'emmener Lottie et encore mois où me dirigera l'auteur de ce roman, que je ne connais pas :

Anne-Marie Garat - mais il semble qu'elle n'en soit pas à son premier roman.

je suis en pleine poésie, je suis avec Lottie dans le jardin, à espionner la maison d'en face, à surveiller cet homme étrange qui vient de passer, à être toute ouïe dans les commerces du village... c'est si joliment écrit, je pense que je suis dans les souvenirs de Lottie dans le début du livre, et que le rideau poétique va se lever ? le résumé me donne presque trop d'indice et je m'empresse de l'oublier, et je ne recherche aucun commentaire sur ce livre... je veux rester dans cet étrange atmosphère et j'espère que l'auteur aura su trouver une fin qui ne gâchera pas tout ça ;)​

et puis le vent tourne, la poésie des phrases disparait... à chaque nouveau personnage Lottie nous laisse en attente... elle raconte, se raconte, s'arrête et s'interromps... quel lien ce nouvel arrivant a-t-il avec les autres, que cache-t-il, que tait-il, que va-t-il apporter ? qui est Lottie ? qui est celle à qui elle confie son histoire, l'histoire de ses quatre vingt dix années dans cette grande bâtisse en haut du village, au bord de la rivière... cette rivière dont la source est si loin, si haut, si étrange...

La source d'Anne-Marie Garat, pure poésie... ou drame ?

 

Phrases volées...
(volée car les mots que l'on trouve rarement dans les livres méritent d'être partagés pour être sauvés ;) comme "grigne"
Lottie se trouve soudain avec un drôle de fardeau dans les bras... un fardeau très... bruyant !
un fardeau qui "se tortille comme un têtard furieux, battant des natatoires, d'autant que pour le bas elle est saucissonnée dans ses langes. Sa face de pleine lune grigne, tiraille, enfin cramoisie de colère pousse un long strident hurlement...
 
"J'ai ensuite oublié cet épisode de mon enfance comme tant d'autres qui laissent des douleurs irrésolues, dont on ne mesure pas combien elles président par brusques accès au retour du passé, dans le rêve comme dans la vie éveillée. »
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article