Quel trésor ? Lire est déjà un trésor...

Publié le par agnes m

Quel trésor ? Lire est déjà un trésor...

QUEL TRESOR ?

L’héritier de l’éditeur du livre de Stevenson est embarqué dans une chasse à la carte au… Trésor, perdue un jour dans les archives de la maison d’édition…

Il atterrit sur une île battue par les vents, ou la bière coule à flots, et où les vieux loups de mer ne sont pas toujours ceux que l’on croit…

Ça sent la poussière des salles de ventes, l’encre d’imprimerie, l’huile de moteur, la fiente d’oiseaux de mer, l’iode et le goémon.

Voici mes phrases « volées »… j’aime particulièrement le passage, page 237…

P 37

Mon portable ne captait pas. Je ne prenais plus la peine de consulter mes messages. Qu’aurais-je pu inventer ? Quels mots pour défendre la sociabilité énigmatique de ce rocher bourru ?

Je me surprenais moi-même à commander je ne comptais plus quelle pinte, crémeuse, mousseuse, rousse ou noire, afin de mieux rouler dans le grand océan des histoires incroyables qu’il fallait traverser pour retrouver la lumière de l’aube.

Quel trésor ? Lire est déjà un trésor...

P 45

Je fixe mon attention sur le bruit du moteur, comme on prête l’oreille aux pulsations cardiaques du malade que l’on veille.

….

Des averses pendaient encore du ciel, de place en place, comme de vieilles toiles d’araignée, rendant pour ainsi dire tangible la folie lugubre de cette équipée. Je venais d’appareiller vers nulle part, dans une atmosphère hostile. J’avais remis ma vie entre les mains d’un barreur inconnu, pilotant un aéronef pirate, propulsé par une machine crevarde, bricolée à l’huile de houblon par un virtuose de la mousse, quelle erreur !

P237

La nuit me régala de superbes rêves aériens. J’avais appris à piloter pendant ma période de faste économique, j’étais entré dans la surenchère des qualifications et des brevets, jusqu’au dégoût de ce qu’il faut bien appeler un divertissement de nantis. Depuis, je me contentais de ces navigations merveilleuses qui charmaient mes nuits, qu’elles fussent déclenchées par quelques anecdote, quelque histoire de vol entendues la veille, ou telle page de roman lue pour m’endormir dans l’espoir de stimuler la magie onirique. Je confesse un faible pour la littérature aéronautique, assurément coupable devant mes amis intellectuels qui ne lisent que des livres qui vous prennent le chou. Kessel, Chevigny, Saint-Ex, rien ne me ravit plus que les histoires de convoyage de sacs postaux, de pannes dans le désert, d’égarement dans les nuages ou d’atterissages de fortune sur les névés des Andes.

Quel trésor ? Lire est déjà un trésor...

P 287

L’air frais, la lumière pure, une bande de cerfs détalant des hauteurs, eurent tôt fait de ma laver la tête des intrigues toujours un peu boiteuses, toujours un peu décevantes, des mortels. J’aime randonner seul avec un livre, rêvant sur une page de temps à autre, sans indisposer par ma rêverie celle ou celui qui marche à mes côtés. Je laissais ainsi flotter mon imagination « en juin de l’an de grâce 1757 » où commencent, de l’autre côté de l’Écosse, les Aventures de David Balfour, et m’amusais à visualiser le sale minois de l’oncle Ebenezer, puni comme il se doit par un dénuement impeccable, juste, mais non dénué d’humour devant la faiblesse humaine. Comme il arrive souvent mes pensées se perdirent dans le maquis.

Quel trésor ? Lire est déjà un trésor...

Publié dans Livres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

FMarmotte5 06/11/2015 14:23

Mon livre de chevet avec "voyages avec un âne dans les Cévennes" comme dans la chanson de Jonas : "Elle avait dans son porte monnaie, "l'Île au trésor" et des pièces de 1 franc usées". de belles pages sur la lecture, cordialement

agnes m 06/11/2015 21:04

cela fait si longtemps que j'ai "L'île au Trésor", je devrais sans doute le relire... mais il y a tant à lire...
Pour Modestine, j'ai fait sa connaissance, il n'y pas si longtemps finalement.
Merci pour la visite