1°) des bords de Loue

Publié le par am phot'saône

Des livres anciens, ou "de terroirs" on extrait souvent des mots peu usuels...
Je ne connaissais pas, ou j'ai oublié, ce mot de "blessons".
les blessons (poires sauvages)
les blessons (poires sauvages)

Page 60 les champignons… et autres merveilles de la forêt…

"Tiens, dans la forêt, j’ai repéré un poirier sauvage fleuri comme jamais. Cet automne, je vous apporterai les blessons. Ma mère les lave, les coupe dans un pot en terre ; placés dans un coin de la cheminée pas loin du feu, les blessons doivent se réduire dans leur jus. Une cuisson lente en fait une marmelade brune épaisse et sucrée. Si vous toussez ou si vous avez mal à la gorge, mangez cette compote, le mal s’en va."

(Paulette Baverel : Mathieu des bords de Loue)

Le récit se déroule en 1911.  Il conte l’histoire de Mathieu pêcheur en bord de Loue, la vie paisible de ces gens au milieu d’une campagne. L’auteur y glisse des passages sur sa région, sur cette Loue parfois fougueuse, parfois tranquille, si poissonneuse aussi. Elle raconte la vie d’une famille, avec ses peines et ses joies, ses déboires… la vie !

On y retrouve un vocabulaire local, quelques mots oubliés et d’autres peu usités.

Bien des mots parsèment ce roman de Paulette Baverel. L'auteur s'amuse à nous les expliquer par l'intermédiaire de la grand-mère...

Page 20   mot « engrogne »
Ils remontent un sentier, traversent la forêt, et bientôt aperçoivent la vallée du Lison. Ils regardent de loin le pont Romain qui a toute une histoire et que David découvre seulement. Mathieu lui explique :
- Au temps de Charles Quint, les gens, ici, traversaient la rivière dans un bac, mais par les grandes eaux, deux habitants se sont noyés et en 1544, je crois, un pont est construit, mais en bois avec des arches et deux piles de pierre. Pour y passer, il faut payer au Seigneur : un blanc pour un homme à pied ou un poulain, deux engrognes chacun pour les bœufs, vaches, moutons, deux blancs pour un chariot. Plus tard, les habitants des villages voisins pouvaient prendre un abonnement et ne payer qu’une fois par an, le droit de passer sur le pont. Les villages des alentours doivent donner en plus, au Seigneur, une gerbe de froment. En 1631, le pont menace de s’effondrer, et en 1775, un particulier le consolide mais devient propriétaire du mont. Le malheureux veut faire payer plus cher le passage. Les gens crient et sa réclamation est refusée au Conseil d’État. En ce temps là, les bords de Loue appartenaient au Seigneur, mais, la nuit du 4 août 1789, nos gens des bords de Loue avaient pêché sans discontinuer, pour fêter l’abolition des privilèges, heureux de ne plus être accablés de charge qu’ils supportaient bien avant cette époque. Ah ! tout n’était pas simple, je t’assure, mon fils.
 
BOURGOGNE - DUCHÉ DE BOURGOGNE - CHARLES LE TÉMÉRAIRE Engrogne
BOURGOGNE - DUCHÉ DE BOURGOGNE - CHARLES LE TÉMÉRAIRE Engrogne

Texte accompagnant la photo des engrognes: Commentaires sur l'état de conservation : Cette engrogne est frappée sur un flan assez large et légèrement irrégulier. Exemplaire recouvert d’une patine foncée et présentant des reliefs nets. La croix du revers apparaît légèrement en négatif au droit. (source info et texte: http://www.cgb.fr/bourgogne-duche-de-bourgogne-charles-le-temeraire-engrogne,v22_0647,a.html)

Engrogne : monnaie des ducs de Bourgogne dont il faut trois pièces pour faire cinq deniers tournois
Plusieurs orthographes existent : angrogne,engrogne ou engroigne
"Bien que nous voyions des engrognes mentionnées assez fréquemment sous le règne de Philippe (le Bon) ,et même aprés lui ,on ne trouve presque pas de  monnaies portant cette dénomination dans leurs légendes.j'ai déjà proposé de voir dans le mot "anserna" ,qui se lit sur plusieurs monnaies d'Auxonne et de Saint-Laurent,la traduction d'engrogne."(extrait tiré du livre de M. BARTHELEMY Essai sur les monnaies des ducs de Bourgogne 1850. 
http://fr.numista.com/catalogue/pieces71482.html

Page 37 la veillée
Cécile, la grand-mère apporter sur la table, la vannotte de culs-de-chien qui ont mûri dans le foin ; les noix et les noisettes que l’on ecoffera avant de les casser, les pommes dans la charpigne. Toutes ces bonnes choses étaient remisées dans le cagibi, à gauche de la maison. Justine met les verres devant chaque convive, chacun boira à son gré : freinette, cidre et même vin de vigne.
 
On comprends facilement avec un peu de logique, que l’on enlève la coque des noix, et mets les pommes dans le panier ;) ensuite on a tous envie de goûter à cette freinette dont les héros semblent faire grande consommation ;)
Et dont vous aurez la recette dans un prochain épisode…
 
Page 45 le travail du bois
… On a quand même fait du bon travail papa. La vigne va pousser. Oh te rappelles-tu il y a deux ans, on avait dû couper plusieurs chênes. C’était au mois d’Avril, la période de l’écorçage, tu avais toi le sevou du grand père avec lequel tu soulevais l’écorce des grosses branches, et moi, pour les petites branches, j’avais un morceau de bois, je tapais, l’écorce giclait en petites brindilles. Tu me disais : David ce que tu fais, c’est la taquette ! Nous avions pu charger une bonne voiture de fagots d’écorce, tu étais allé vendre cette marchandise à la tannerie à Quingey chez Gros.
- Oui, dit Mathieu, le tanin de l’écorce de chêne est excellent pour le tannage des peaux.
- Tu as bonne mémoire mon garçon !
 
Sevou : outils d’écorceur  -  appelé aussi ailleur « pelou » ou « rusquet » ou 'rindenreiser' ou 'rindenschäler' allemand ou autrichien en forme de serpe...
Et encore plus au sud pour la levée du liège (ce qui n'a rien à voir avec l'écorçage des chênes rouvres) : On distingue :
- la hache catalane au tranchant droit, utilisée en France, en Espagne et en Italie.
- la hache Portugaise au tranchant arrondi, utilisée au Portugal.
- la hache Extremeña en demi lune, utilisée en Espagne."
 
Taquette : action de cogner l’écorce.

 

sevou, pelou, chêne rouvresevou, pelou, chêne rouvre
sevou, pelou, chêne rouvresevou, pelou, chêne rouvre

sevou, pelou, chêne rouvre

Page 75  la noix et la chanson – la grand-mère raconte des histoires ou chante :
- deux demoiselles sont enfermées dans une chambre et ne peuvent pas ouvrir la porte. Qu’est-ce que c’est ?
L’enfant cherche et dit :
- Grand-mère, je donne ma langue au chat.
- c’est une noix.
- Grand-mère, cette fois, chante-moi le petit vieux.
- on dit qu’il est un petit vieux
Qui vient le soir jeter du sable
Dans tous les pauvres petits yeux
Des enfants qui sortent de table
Le vieux, dans son sac puise
Et flac, flac, flac
Tout s’envole et se verse
L’on dirait une averse
Le vieux dans son sac puise
Et flac, flac, flac.
 

 

à suivre... 

==> voir la légende de la Loue

==> l'histoire de La Piquette (O'Picket) 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Petite Jeanne 06/05/2016 12:41

Bonjour
Me voilà de retour pour faire mes visites à mes blogs préférés...
Je ne connaissais pas, ni engrogne ni blessons.
Bon week end à tous.