Courbet et la nature, regards croisés à Auberive, Haute-Marne

Publié le par am phot'saône

Courbet et la nature, regards croisés à Auberive, Haute-Marne
les photos viendront plus tard... en attendant allez sur le site d'auberive
 
Se tenait jusqu’au 25 septembre à Auberive, Haute-Marne, une exposition consacrée à Courbet intitulée « COURBET ET LA NATURE. Regards croisés ».
Si vous l’avez manquée, tant pis pour vous ! Auberive est maintenant une référence en matière de Centre d’art et l’on se doit d’en surveiller les expositions et les dates. Donc, à l’année prochaine, pour une autre exposition.
 
Outre Courbet et des œuvres arrivées tout droit d’Ornans, son fief du Doubs, qu’il a si bien peint, avec autant d’amour et de profondeur, nous avions d’autres artistes plus ou moins connus du grand public : Ronan BARROT – Fabian CERREDO – Antoine CORREIA - Eva JOSPIN – Evi KELLER – Wilfrid MOSER – Malgorzata PASZKO - Jacques PERCONTE – Paul REBEYROLLE.
Forcément, si certains vont nous laisser indifférents, d’autres nous parlent plus même si certains peuvent irriter d’autres vont nous intriguer.
Ainsi nous resterons quelques minutes devant ces forêts filmées par Jacques Perconte attendant le passage d’un animal qui ne vint pas où que nous n’avons pas vu à défaut d’entendre les bruits du fond du bois…
 
J’ai un faible particulier pour ces sculptures qui attendent dans la grande cour de l’abbaye ou au fond du couloir. Trois femmes semblent, de loin, jouer dans la cour, alors qu’un autre groupe est plus torturé, là-bas, de l’autre côté du canal. Approchez-vous, ce sont des prisonnières…
 
Car c’est ça Auberive. C’est ça l’abbaye d’Auberive, immense bâtiment conventuel qui, comme beaucoup d’autres, aura servis à beaucoup de choses ! De monastère ou de couvent, de prieuré, d’usine, de prison, d’école, de centre de vacances, que sais-je encore !
Les grands noms qui sont passés par Auberive, ce sont des Diderot, des Theuriet, des Louise Michel ! En voilà des pistes à suivre, et des routes à « tourismer »…
En voilà de la France à visiter dans le temps et sur le terrain !
 
Auberive c’est un petit village perdu non loin d’une autoroute, coincé entre des cités hautement touristiques comme Dijon ou Châtillon sur Seine et, surtout, Langres la voisine, ville natale de Diderot justement. Auberive n’est pas loin de Vroncourt la Côte où naquit Louise Michel.
 
Arriver dans la cour de l’abbaye, tellement purifiée de tout obstacle visuel hormis cet « assis » de Petit ça laisse sans envie de parler.
Gravir le bel escalier qui mène aux salles d’exposition, ça relève du mysticisme.
Chaque exposition est particulière. Quelques tableaux ou œuvres marquent déjà l’ambiance avant même le premier palier. Ici, ça sera, Courbet oblige, une Origine du Monde quelque peu échevelée…
Dommage… De nos jours voici Courbet résumé en un seul tableau de par le monde… C’est l’époque qui veut ça. On se fiche de la technicité, de l’originalité de l’œuvre, tant que le corps s’étale… On oublie les vraies œuvres, les œuvres de cœur, les œuvres de commandes pour une croûte de commande privée…
 
Revenons dans les couloirs.
Ici s’étirent de grands tableaux peints, là de grandes surfaces de collages et d’emboîtages d’objets de récupération du plus bel effet. Du Paul Rebeyrolle, qui exposait simultanément au Musée de l’abbaye de Saint-Claude.(ah non ! tiens ? l’expo est prolongée… vous en avez de la chance !!)
Là, nous avons des photos noir et blanc, couleurs, sombres, chatoyantes. Oui, non, j’aime, j’aime pas… c’est beau, c’est… bof, c’est original… c’est l’art de chacun, l’âme d’un artiste marqué par son pays et ses traditions, son parcours personnel, son rapport avec l’art des autres et de lui-même.
Paris, Buenos Aires, Bad Kissingen, Zürich, Varsovie, Grenoble, Boudreville…
 
Je reste abasourdie par ces forêts de cartons, de papiers. J’ai cru à des branchages mises en forme. Non, ce sont des lamelles, des bandes, des morceaux, des chutes, mais c’est bien du carton ! Quel travail impressionnant. Cette forêt de bouleaux peinte sur de minces tiges de papier fin ! C’est le travail de Eva Jospin. C’est magique ! (à éviter dans son salon si on a des chats… dommage…)
 
Et puis, toujours, à Auberive, cette petite pièce à mi-parcours dans le couloir… Cette petite pièce où le couvert est mis, ce décor étrange qui n’est pas un capharnaüm, non, c’est une ambiance, tantôt de film d’effroi, tantôt de chaumière, de maison de rebouteuse, de femme ou d’homme sauvage, solitaire… ou pièce à vivre chaleureuse… c’est selon où le regard se pose, selon l’artiste qui s’y pose…
Le plus bel endroit de l’abbaye ?
Non.
Quel est le plus bel endroit de l’abbaye ?
 
COURBET et ses amis impressionnistes exposent jusqu’au 17 octobre à Ornans (25).
 
 
 
 
prolongation de l'expo REBEYROLLE  à Saint Claude

prolongation de l'expo REBEYROLLE à Saint Claude

Article paru dans le mag Spectacles et art de vivre n°157 Juillet-août 2016

Article paru dans le mag Spectacles et art de vivre n°157 Juillet-août 2016

Commenter cet article

Petite Jeanne 29/09/2016 10:27

Merci de partager...
Bonne journée