La foggara de Jacques Moreau/Henry Schneider

Publié le par am lecture

Résumé: Nous sommes dans le Sud algérien, pendant la Première Guerre mondiale. Deux officiers français tiennent un petit poste perdu dans le désert. L'un a été détaché du front à la suite d'une blessure, l'autre, issu du rang, a toujours vécu près de la population autochtone. Or, le seul point d'eau disponible vient de tarir et crée une situation dramatique. Les événements se précipitent, des inimitiés latentes s'affirment. La soif risque de sceller le destin des hommes. L'un des officiers français met tout son espoir dans la "foggara". Ce vestige archéologique est-il une utopie ? La foi d'un homme pourra-t-elle le ressusciter ? La foggara tiendra jusqu'à la fin du roman ses promesses de mystère.
Petit bond dans le désert pour cet hiver givré et surgelé de 2017.
J’y retrouve l’atmosphère de lectures de jeunesse, du sable, du désert, de la chaleur, un monde hors la France métropolitaine, des militaires loin du front de la Première Guerre mondiale, immobilisés loin de chez eux et confrontés à d’autres traditions, d’autres façons de vivre, parfois d’autres façons de penser.
 
Un monde d’hommes du à la rigueur du casernement et de l’éloignement familial. Des caractères forts s’y affrontent qui doivent lutter contre un autre affrontement : celui du désert, de la chaleur,… de la gestion du manque d’eau.
L’un se passionne pour l’archéologie et espère découvrir la foggara, l’autre doit gérer son bataillon et le village de bédouins qui vit près du puits. L’un tente de cultiver des plantes, l’autre de maintenir le calme devant le manque d’eau.
L’eau et la volonté farouche de liberté d’une indigène auront-elles raison d’un équilibre fragile au moment où les tensions montent ?
 
La collection « Plein vent » était destinée aux adolescents, garçons et filles, de 12 à 18 ans. Elle offre des romans d’aventure sur tout ce dont ils rêvent : animaux, mer, mystère, histoire, sciences et techniques, sports. Le choix était assez vaste. J’avais lu dans cette même collection le livre de Clavel « Victoire au Mans ».
P 60
« -Jadis, selon ce que chantent nos légendes, il fallait pour venir jusqu’à cette demeure traverser d’innombrables jardins, regretta le vieil homme. Mais à présent et malgré tes efforts, ce n’est plus autour d’elle qu’aridité et désolation. Et quand je ne serai plus, cette demeure deviendra mon séjour dans le champ des morts… Une koubba, où je ne suis même pas sûr que subsistera après moi la flamme qu’entretiennent des mains pieuses.
- Tu es encore robuste, protesta Nau. Et par ta fille Djemila ta descendance sera assurée.
- Allah t’entende ! Mais une fille n’est qu’une demi-descendance. »
 
P 89
« - La vérité, c’est que les plantes comptent plus pour vous que les hommes… Vous trouvez logique d’imposer à des êtres un rationnement d’eau pour une faute qu’ils n’ont pas commise, au bénéfice de cette végétation symbolique, de cette caricature de jardin !
Le silence de Nau donnait une fois de plus à Marsal la sensation de s’enliser dans ses velléités d’autorité.
- Et ne me dites pas que tout ici n’est que symbole… Que même ce village que nous entretenons, avec son artisanat dérisoire, n’existe que pour justifier le bordj !
- Vous rendez-vous compte, plaida Nau, qu’une privation même temporaire d’eau condamnerait sans doute irrémédiablement les jardins ?
Marsal éprouvait le besoin d’en finir.
- Bien entendu, j’ai interdit qu’on irrigue désormais les séguias. »
seguia et foggaraseguia et foggaraseguia et foggara

seguia et foggara

La foggara, un système d'irrigation souterrain permettant de récolter les eaux d'infiltration. En Algérie, on le retrouve entre autre dans les régions du Gourara et d'Adrar et au Mzab. Des systèmes comparables existent aussi au Maroc et en Lybie, mais aussi en Iran, Chine et Afghanistan.

Source : https://www.youtube.com/watch?v=_oM_2lFLS2s

foggara: schéma du principe de fonctionnement

foggara: schéma du principe de fonctionnement

Court métrage de 6 minutes sur la foggara

quelques pages...
quelques pages...
quelques pages...

quelques pages...

Commenter cet article