Les livres.. à jeter ! - 2

Publié le par am lecture

Certaines éditions se spécialisent dans le déchet livresque ou n’ont rien d’autres à se mettre sous la presse…
Autre achat décevant chez Noz, malgré une couverture d’une extrême qualité, avec des reliefs et des reflets.
Sous les Toits de Sébastien Ayreault, roman édité par une maison d’éditions diablotine « Au diable vauvert ».
Un autre ramassis de vulgarité, mais dans celui-ci, nous avons quand même une histoire, l’histoire d’un mec dans le bras duquel toutes les filles tombent… ou presque. Encore un écrivain qui étale ses fantasmes sur le papier, qui se prend pour Dom Juan et qui en écriture se prend pour Céline ou Kerouac.
Ah… l’écriture sans verbe, sans phrases… des mots jetés… ouais, bon.
 
Il ne m'a coûté que 0.75centimes... c'est bien assez.
En voici, extraites, quelles phrases (mais attention, je ne fais pas la promo de ce livre, il est sans interêt) :
Page 56
« Kerouac, Bukowski, Fante, Calaferte, Hemingway, Auster, Rosen, Udall, Powers, Ridgway, Russo, Douglas, Crane… Ils venaient tous me rejoindre dans mon lit. J’en avais rien à foutre de savoir s’ils étaient grands ou pas. De savoir si, j’en avais rien à foutre. L’avis des autres. Qu’est-ce qu’ils en savent les autres, hein ? On ne lit pas des livres pour en parler. Non, on lit des livres parce que sans eux, l’hiver aux fenêtres vous flinguerait. »
 
Page 99
« Dingue la vitesse à laquelle on se casse la gueule. L’existence, c’est de la haute montagne. Le bleu du ciel, tu sifflotes le long de ta rivière, jean tee-shirt, une brindille entre les dents. Une heure plus loin tas de la neige jusqu’aux genoux, du vent plein ta sale tronche et, plus que tout, tu sais que tu vas crever, seul. »
 
Page 137 …
« Je voyais d’un très bon œil le fait de pouvoir écrire un texte en trois minutes et d’en tirer des millions. Non, vraiment, je me répète, mais : à d’autres, la littérature ! Saigner sur deux cents pages pour au final gagner de quoi t’acheter un paquet de clopes, ça va bien les conneries ! »
« Le rayon papier-cul des grandes surfaces m’a toujours impressionné. L’homme moderne, un temps d’arrêt, tapant du pied et se demandant avec quelle marque il va bien pouvoir s’essuyer la raie cette semaine. Du rose, du bleu, du vert ? Abricot ou noix de coco ? Qu’est-ce que tu préfères, chérie ? Molletonné ? »
Les livres.. à jeter ! - 2Les livres.. à jeter ! - 2

Publié dans Livres, Blog

Commenter cet article